Réflexions théoriques et méthodologiques pour une analyse des débats parlementaires (08/03/2024)

Compte-rendu de séance de séminaire

Rédigé par Emma Bert (M1), Laurine Blanchard (M2) et Clémence Bouchard (M1), Junior agence du master REVI

Vendredi 8 mars dernier a eu lieu la deuxième séance de la série de séminaires interdisciplinaires « Questions de Méthodes » de l’équipe Individu et Nation. Les personnes présentes ont pu assister à deux présentations sur les réflexions théoriques et méthodologiques pour l’analyse des débats parlementaires par Nathalie Le Bouëdec et Agnès Alexandre-Collier, toutes deux professeures des universités à Dijon.

L’objectif de l’analyse menée par Nathalie Le Bouëdec est de renouveler l’étude des discours parlementaires, notamment en étudiant les apports de l’histoire culturelle du politique. L’étude se base sur le cas de l’Allemagne, en empruntant une perspective historique, et se focalise principalement sur la recherche historique allemande depuis les années 90.

Cette réflexion théorique donne une place centrale au discours dans l’histoire politique ainsi qu’à la construction discursive de la réalité. L’étude tente dans un premier temps d’établir ce sur quoi porte l’analyse de discours politique, nécessitant donc une contextualisation historique du discours étudié ainsi qu’une clarification précise de la notion de « discours ». 

La démarche se base principalement sur la genèse de l’histoire culturelle politique en Allemagne, notamment en étudiant l’importance fondamentale accordée au langage par les historiens allemands comme Willibald Steinmetz. Cette démarche met en avant l’aspect communicationnel du discours politique ainsi que ses implications. L’étude fournit également les possibles apports d’une nouvelle histoire du parlementarisme, étendant ainsi son champ spatial aux discours contemporains. 

Différentes mises en œuvre sont également proposées afin de déterminer les difficultés des études empiriques. Ces exemples sont fondés sur des études préalables comme l’analyse des débats parlementaires sur le droit de vote en Angleterre entre 1780 et 1867 qui révèlent un lien constitutif entre langage et politique. On peut y voir que l’argumentation fondée sur l’existant et le précédent perd en importance car les députés cessent de se référer à la constitution comme à une chose sacrée qu’on ne peut pas modifier, puisque leur objectif est d’amener à un changement. Les précédentes analyses permettent donc de témoigner d’une évolution du discours politique : nouvelle hiérarchie des motifs de l’action politique, redéfinition des compétences et des limites de l’action politique. Ils permettent également de dégager les motifs récurrents d’inclusion et d’exclusion inhérents au discours politique. 

Ainsi, en se fondant sur des cas donnés à des périodes d’agitation politique spécifique de l’Allemagne, cette étude peut s’envisager comme une approche visant notamment à établir la construction des rapports dans le discours tout en tentant d’identifier de potentiels outils d’analyse pour ce type de corpus.

Cette approche peut également avoir d’autres applications dans différentes périodes et contextes, notamment dans le domaine de l’histoire des émotions, ce qui permettrait un approfondissement et un prolongement des résultats obtenus jusqu’ici. 

Dans la deuxième présentation, Agnès Alexandre-Collier cherche à étudier les outils méthodologiques pour l’analyse des comportements de vote et des débats au Parlement britannique. Elle se fonde sur l’exemple spécifique du groupe de rebelles identifié au sein du parti conservateur. Cette analyse cherche à mettre en exergue la question du pluralisme idéologique, notamment en s’interrogeant sur le poids réel d’une telle organisation. 

Cette étude relève notamment un problème méthodologique majeur, celui de la présence de règles formelles et informelles au sein du Parlement, tout en posant la question de potentiels outils pour mesurer les factions du parti Conservateur les plus formelles. Une étude du parti Conservateur permet de révéler la présence d’un pluralisme idéologique en son sein ainsi que d’en établir les spécificités afin notamment de distinguer ce que l’on pourrait considérer comme une tendance. L’analyse d’Agnès Alexandre-Collier établit également une grille de typologies dites idéologiques telles que des questionnaires ou l’analyse de discours elle-même, ainsi qu’une grille de typologies comportementales ayant notamment à voir avec les rébellions croissantes. 

En outre, des outils méthodologiques tels que les sites web Public Whip ou encore They Work For You ont été proposés, afin d’identifier des groupes d’opinion sur un enjeu donné, les enjeux eux-mêmes ainsi que les comportements de vote. Ces outils permettent également l’identification des députés rebelles, de déceler ces groupes formels et informels ainsi que d’isoler les débats parlementaires. 

Ces deux études proposent donc différentes méthodologies et types d’outils afin d’envisager et faciliter l’analyse des discours politiques. Ces outils peuvent être utilisés simultanément pour l’analyse de discours anciens et contemporains. 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search