Les études culturelles (02/05/2024)

Compte-rendu de séance de séminaire

Rédigé par Lara Thierry (M2), relu par Laurine Blanchard (M2)

La séance de séminaire “Questions de méthode” du 2 mai 2024, modérée par David Bousquet, Mélanie Joseph-Vilain et Indiana Lods, envisageait de poser la question de la pertinence des études culturelles à l’ère actuelle et son application à différents champs théoriques et méthodologiques. Philipp Jonke a commencé par rappeler les enjeux liés aux études culturelles et les difficultés qui se posent pour les définir. Il a rappelé leur influence sur divers champs disciplinaires tout en remarquant que si beaucoup de publications empruntent leurs concepts, peu s’en revendiquent, même s’il y a eu des publications françaises importantes sur le sujet (Chalard-Fillaudeau 2015). Sandeep Bakshi, maître de conférences en études décoloniales, postcoloniales et queer à l’Université Paris Cité, envisageait d’étudier les études culturelles au prisme des champs théoriques dans lesquels il se spécialise. La seconde intervenante, Myriam Geiser, maîtresse de conférences à l’Université Grenoble Alpes et spécialiste des littératures postmigrantes allemandes et françaises, a ensuite abordé ces littératures au prisme d’une étude comparée et d’une contextualisation des tournants culturels.

La première présentation a mis en lumière les définitions et interrogations liées aux concepts de « queer » et les points communs de la théorie queer et de la théorie décoloniale. Se focalisant sur le rôle des rapports de pouvoir et l’hégémonie dans le partage du savoir, Sandeep Bakshi a mis l’accent sur les cadres épistémologiques alternatifs ouverts par ces champs théoriques. En évoquant leur critique commune des normes sociales, il a démontré qu’elles critiquent toutes les deux des effacements liés à des processus de marginalisation. Ainsi, Sandeep Bakshi a expliquéque la théorie décoloniale permettait, en critiquant la colonialité, de remettre en question les normes de genre et les intersections entre différentes inégalités. Pour approfondir sa vision de l’intersectionnalité, il s’est basé non seulement sur le travail de chercheurs comme Walter Mignolo ou Maria Lugones mais aussi sur des exemples concrets, comme celui de la critique du mouvement queer en Inde[1]. Il a démontré que les théories queer et décoloniale peuvent être rapprochées de politiques des droits et permettreune convergence de luttes sociales. Il a également soutenu que ce genre de théorie pouvait être rapproché de l’étude d’archives historiques et culturelles queer liées à des pratiques telles que la danse giddha en Inde.

La deuxième partie de la séance s’est concentrée sur les approches des littératures transculturelles en Allemagne et en France. Myriam Geiser s’est basée sur trois principales approches (interculturelle, transculturelle, et transaréale) tout en les expliquant à travers des exemples littéraires. L’intervenante a défini les littératures transculturelles avant de s’intéresser aux tournants conceptuels qui lui ont permis de développer son analyse.

Elle a démontré que ces littératures étaient souvent caractérisées par des formes de translinguisme et de fluidité culturelle en se basant sur le travail d’écrivaines comme Emine Özdamar. Ainsi, Myriam Geiser a montré en quoi le tournant interculturel avait caractérisé son approche des littératures de la migration. Se basant sur les travaux de chercheurs tels que Doris Bachmann-Medick et Homi Bhabha, elle a montré en quoi la théorie postcoloniale et le tournant translationnel permettaient d’enrichir les recherches sur les littératures liées à la migration. Elle a ainsi mis en avant l’importance de la traduction et du langage dans les expériences liées à la migration et aux échanges interculturels. La perspective transculturelle, en revanche, met l’accent sur les liens entre littérature, espace et mobilité dans un espace littéraire et social mondialisé. Cette notion de mouvement et de fluidité occupe une place centrale dans les littératures transculturelles ainsi que dans les études transaréales, où, comme Myriam Geiser l’a affirmé, les questions de circulation sont centrales.

Les deux interventions ont permis de mettre l’accent sur les différents champs théoriques liés aux études culturelles et sur la manière dont ils avaient été enrichis par des interventions d’horizons géographiques et disciplinaires différents. En montrantles inégalités du savoir qui caractérisent la société et la théorie universitaire, Sandeep Bakshi et Myriam Geiser ont suggéréque les études culturelles pouvaient questionner certaines inégalités et suggérer des options alternatives. Les deux présentations ont également mis en avant l’importance du langage et de la traduction dans l’accès au savoir et dans les transformations culturelles.

Les questions ont permis d’enrichir la discussion autour des théories auxquels les intervenants ont eu recours. Le commentaire de Mélanie Joseph-Vilain a par exemple permis aux intervenants de se positionner vis-à-vis des études diasporiques et de concepts qui y sont centraux, tels que la traduction culturelle. Finalement, la question d’Alex Frame a permis d’évoquer les problèmes d’essentialisation qui peuvent avoir un impact sur les études culturelles et décoloniales. Sandeep Bakshi a suggéré que les cadres théoriques sur lesquels il se basait offrait une perspective nuancée qui pouvait permettre par exemple de prendre en compte les inégalités intracommunautaires.


[1] En effet, il a suggéré que le mouvement était dominé par des groupes privilégiés qui avaient principalement recours à des langues impériales comme l’anglais.

L’analyse de données issues de réseaux sociaux (23/02/2024)

Compte-rendu de séance de séminaire

Rédigé par Emma Bert (M1), Laurine Blanchard (M2) Clémence Bouchard (M1) et Lara Thierry (M2, Junior agence du master REVI

 

Ce 23 février 2024 a eu lieu la première séance du séminaire interdisciplinaire “Questions de Méthodes” de l’équipe Individu et Nation, regroupant deux interventions portant sur l’analyse de données issues de réseaux sociaux.

La première présentation abordait la méthodologie de la recherche sur la circulation des discours sur Twitter. Ce projet, présenté par Alex Frame, est centré sur l’observation des phénomènes socioculturels à travers des micro-interactions en ligne. Il s’appuie sur une analyse algorithmique de l’utilisation de Twitter par les politiques afin d’étudier la circulation des discours.
Afin d’obtenir ces résultats, l’équipe a récupéré un corpus composé de 49 millions de tweets au moment de l’élection présidentielle de 2017, sur une durée totale de quatre semaines : trois semaines avant et une semaine après les élections. La même méthode a été appliquée pour l’entre-deux-tours, représentant un corpus de 18 millions de tweets. L’utilisation d’algorithmes a permis l’identification de clusters de tweets et la découverte de poches de discussions autour de thématiques particulières, dont de nombreux tweets viraux et hashtags de contestations comme le #sansmoile7mai.

De ce premier projet est né le projet Cocktail qui a pour but de créer un observatoire des discussions sur l’alimentaire et des « food scares ». L’arrivée du Covid a également ajouté une nouvelle dimension au projet, consistant à observer les discussions politiques déclenchées par les communications autour de la crise sanitaire et à caractériser la manière dont le gouvernement français pouvait contrecarrer les tweets dénonçant la vaccination.

La deuxième intervention, animée par Gilles Brachotte, Eric Leclerc et Laurent Gautier, s’est faite autour du projet ANR Beelzebot, la première solution en langue française capable de mettre en évidence les stratégies de manipulation de l’information par les armées de robots dans la sphère Twitter française. Ce consortium entre CIMEOS, TIL, le LIB, IDEES et l’entreprise WebDrone a pour ambition de mieux comprendre le fonctionnement des armées de robots dans la désinformation et les dynamiques de la circulation de l’information sur Twitter.
Le projet s’articule en plusieurs étapes, dont l’analyse des corpus pour identifier et analyser les activités des robots, la conception d’outils algorithmiques pour les détecter, et la diffusion des résultats dans une logique de science ouverte. Ce projet, nécessitant la manipulation de données massives, a été possible grâce aux précédents projets de l’équipe (notamment le projet Cocktail) et grâce à l’expertise de WebDrone qui a permis la collecte d’un important volume de tweets.

Véritable plus-value venue enrichir le questionnement scientifique, la collaboration interdisciplinaire de plus d’une trentaine de chercheurs au cours de ces projets a permis l’investigation de problématiques fondamentales qui ont fait apparaître des intérêts partagés entre plusieurs laboratoires de recherche, afin de favoriser l’acquisition de nouvelles connaissances dans un environnement en perpétuelle évolution (y compris sur le plan des opportunités de financement). L’enjeu est désormais de continuer à co-construire la méthodologie à travers un dialogue entre disciplines pour s’inscrire sur le long terme.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search